Brody-Adrienation - L'obsession a un nom


Banniére réalisée par Nhatita
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 CE QUE JE PENSE DU PIANISTE

Aller en bas 
AuteurMessage
adrienaddict
P'tit nouveau
P'tit nouveau


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 20/02/2007

MessageSujet: CE QUE JE PENSE DU PIANISTE   Mar 3 Avr à 19:04

J’ai lu avec énormément d’émotion le livre de Wadyslaw Szpilman après la vision du chef-d’œuvre de Roman Polanski. Pas un instant, le cinéaste n’a trahi son inspirateur. Les seuls détails personnels qu’il a insérés confèrent au propos une dimension supplémentaire d’âme. Le moindre détail est rendu avec un maximum d’intensité et tout sonne juste dans ce long métrage, dont le principal mérite est, selon moi, une remarquable sobriété, encore renforcée par l’interprétation inspirée d’Adrien Brody. Sa remarquable prestation, d’une dignité exemplaire, rend hommage au martyre d’un peuple. En 140 minutes de film, où il occupe continuellement l’écran, il n’a pas une intonation déplacée, pas un mouvement de sourcil en trop. Roman Polanski a immédiatement compris qu’aucun autre ne pouvait être LE pianiste et je pense qu’Adrien s’est senti d’emblée très concerné par son rôle. En me penchant sur sa biographie, j’ai découvert que son père était d’origine juive polonaise. Cette ascendance lui a certainement permis d’investir son personnage comme jamais, ce qui n’enlève rien à son mérite. Je ne peux regarder ce film sans souffrir physiquement à l’unisson du pianiste, sans être bouleversée de douleur. J’ai lu nombre d’ouvrages sur la barbarie nazie, les camps de concentration, la « solution finale ». J’ai lu également beaucoup de livres témoignages écrits par des survivants, certains d’un très haut niveau spirituel, d’autres plus concrets. J’ai lu les comptes-rendus du procès de Nuremberg et l’étude philosophique qu’Hannah Arendt a consacrée au procès d’Eichmann. J’ai lu Primo Levi et Simon Wiesenthal. J’ai lu les carnets glacés de Rudolf Hoess, ceux poignants du Ghetto de Varsovie et l’ouvrage anti-révisionniste de Pierre Vidal-Naquet. Jamais je n’ai ressenti avec autant de souffrance et de révolte le terrible destin des Juifs qu’à travers l’interprétation d’Adrien Brody. Certains critiques cinématographiques se sont posé la question : « Comment faire un film sur un héros qui n’agit pas, qui est perpétuellement le jouet du destin ? ». La réponse nous explose en pleine figure, sur grand écran. Le seul visage d’Adrien transmet tellement d’émotions, de questions, de douleurs, qu’il entraîne irrésistiblement le spectateur jusqu’au bout du cauchemar. Sa présence occupe si fortement l’écran qu’on n’éprouve aucun sentiment de lourdeur ou d’ennui, en dépit de la longueur de l’œuvre. Sa première apparition derrière le clavier du piano impose immédiatement le plus grand respect. Son premier regard provoque une totale empathie avec le personnage. Et pendant 140 minutes, le spectateur souffre dans sa chair et dans son cœur. Le peuple juif peut compter Adrien Brody au nombre des Justes et lui réserver un hommage au Yad Vashem. Il a fait davantage en un film pour sensibiliser l’opinion à leur calvaire que beaucoup d’études documentées ou de témoignages pourtant bouleversants. Une telle grandeur dans l’interprétation, une telle justesse imposent la plus extrême admiration. « Le Pianiste » est un film qui ouvre l’âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
CE QUE JE PENSE DU PIANISTE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LIEN] Devine à qui je pense
» Rodin inspire Sandipoete - Le penseur de Rodin pense
» mon tableau pense bete
» Calculez votre dépense de calories ..
» [Braunbeck, Gary A] Mais c'est à toi que je pense

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brody-Adrienation - L'obsession a un nom :: Adrien :: Films avec Adrien-
Sauter vers: